Note : Les noms des personnages de ce forum sont fictifs. Toute coïncidence n’est attribuable qu’au hasard bien qu’il soit possible que les prénoms et les noms de famille reproduisent ceux d’étudiants réels.    

Alice Lee-Beaudoin :

      Je n’ai jamais eu besoin de faire des dissertations jusqu’à présent, surtout en philosophie. Les gens que je connais non plus. À quoi sert de faire des dissertations ? Pour ma part, je pense que c’est futile. Je n’ai pas besoin de cela dans ma vie pour être heureuse. 

David Lévesque :

      Je suis d’accord avec Alice. J’ai toujours trouvé que la philosophie ne sert à rien. Surtout les dissertations de philosophie, c’est particulièrement oiseux. Une dissertation est un texte d’argumentation sur un sujet philosophique. Mais j’ai lu des livres de philosophie et je n’y ai jamais trouvé de dissertation. Les auteurs ne disent pas au début des chapitres : je vais prendre position sur telle question puis je vais amener un argument, puis un contre-argument et ainsi de suite, avec pour finir je ferai une belle conclusion qui résume le tout. 

Éliane Sirois :

      Je suis d’avis contraire aux deux intervenants précédents. Les dissertations peuvent nous aider en nous préparant à ce que nous devrons faire plus tard. Supposons que j’ai une idée que je voudrais faire accepter par ceux avec qui je travaille. Il me faudra trouver de bons arguments et essayer de prévoir ce qu’on pourrait me répondre si on n’est pas d’accord. Or, c’est justement à cela que les dissertations me préparent. 

David L. :

      As-tu besoin à chaque fois que tu veux défendre un point de faire une introduction et une conclusion ? 

Éliane S. :

      Non, mais cela peut aider le lecteur à comprendre mieux ce que je veux prouver. 

Alice L.-B. :

      Alors la philosophie, cela sert à faire des dissertations ? 

Éliane S. :

      Non, bien sûr. Je pense que la philosophie sert à réfléchir au sens de la vie ou au sens que je donne à mon travail, à ma vie, etc.  

David L. :

      Ta première question, Alice, m’a donné l’idée d’aller demander au prof ce qu’il en pensait. Voici ce qu’il m’a répondu tel que je le comprends. Ce qui est important n’a pas à servir à quelque chose. Par exemple, la religion ne sert à rien, le bonheur ne sert à rien. Mais je ne suis pas sûr de comprendre ce que le prof voulait dire. 

Éliane S. :

      Je pense que je comprends ce que cela veut dire. Prends par exemple l’argent. Cela sert à acheter de la nourriture, des biens, des services, toutes sortes de choses qui, soit sont utiles, soit ne sont pas utiles mais représentent une valeur. Quand il s’agit de quelque chose qui représente une grande valeur, on peut voir que souvent cela ne sert à rien, mais peut être très valable en soi ; ce qui ne sert à rien peut être précieux. Ainsi, vivre ne sert à rien, exister ne sert à rien. Même aimer ne sert à rien. Ce sont pourtant toutes des choses importantes. On peut donc dire que la philosophie ne sert à rien et que c’est pour cela que c’est important !

 David L. :

      Ce que tu viens d’écrire, Éliane, n’est pas logique. Ce n’est pas parce que quelque chose ne sert à rien que c’est important. Par exemple, il y a une mouche qui me tourne autour depuis un moment ; elle ne me sert absolument à rien et elle n’est pas du tout importante pour moi ! Tu devrais plutôt dire l’inverse : la philosophie est importante, donc elle ne sert à rien.

Éliane S. :

      Tu as tout à fait raison de dire que j’ai fais une faute de logique. Il faut plutôt dire, par exemple : la philosophie est trop importante pout servir à quelque chose. C’est comme la vie ou l’amour, ou la vérité, cela ne sert à rien.

 David L. :

      Et les dissertations, alors ? Est-ce important ?

Éliane S. :

      Une dissertation c’est une sorte d’exercice pour s’exercer à penser de façon logique lorsqu’on veut défendre un point de vue. En ce sens, c’est utile, mais ce n’est pas si important en soi. C’est arriver à comprendre et à bien faire ce que l’on fait qui est important.

Fanny Roy-Beaucage :

      Je viens de prendre connaissance de votre échange sur le forum. C’est drôle parce que j’avais justement posé cette question au professeur. Il m’a dit que la dissertation est un simple exercice pour avancer dans sa compréhension de la philosophie. Il m’a dit aussi qu’on ne peut pas résoudre réellement un problème de philosophie en deux ou trois pages. La dissertation ne représente pas elle-même une philosophie, mais elle peut être vue comme une préparation à la rédaction de thèses beaucoup plus étoffées.

Éliane S. :

      Il a oublié de te dire que les dissertations peuvent nous aider à développer une pensée critique digne de ce nom. On commence en répondant à des questions sur quelques lignes (comme dans les travaux d’équipe en classe), puis on élabore quelque chose de plus avancé, une dissertation par exemple. Plus tard, nous pourrons faire de vraies thèses qui vont peut-être faire avancer la compréhension de tous les philosophes et, ce qui est plus important, de tous les humains.

Jason Lauzon :

      Au risque de jouer les trouble-fête, je pense que j’ai trouvé une bonne raison de critiquer l’usage pédagogique de dissertations. Dans l’agorathèque, il y a un site nommé « La logique, est-ce important ? » où mon amie Caroline Choinière a montré que les raisonnements ne sont pas si importants qu’on pense pour développer sa pensée rationnelle. Or, les dissertations sont un exercice de raisonnement. Je vous laisse tirer vos propres conclusions.