La séquence des types de reconnaissances

Ce projet est depuis l’an 1999 appelé Projet Respect (voir l’Agorathèque): il s’agit essentiellement de promouvoir une nouvelle éthique du respect et de mettre en pratique ses prescriptions ou recommandations.

Le mot reconnaissance prendra ici plusieurs significations de façon cohérente avec celles qu’on peut lui donner dans divers champs de recherche reliés idéométriquement. L’une des avancées les plus importantes de la recherche récente concerne le modèle « clé-serrure » en chimie supramoléculaire, qui concerne la façon dont les molécules peuvent se reconnaître en termes d’enzymes et de substrats. À un autre niveau, celui de la linguistique, des recherches aussi importantes sont menées afin de rendre plus efficaces la reconnaissance des morphèmes par les systèmes de traduction automatiques. Enfin, au niveau même de l’idéométrie, la recherche de moyens efficaces de reconnaissance des personnes concrètes, c’est-à-dire des personnes considérées avec leur groupe d’appartenance, concerne au premier chef ce qui est appelé « GAP », dans le domaine de l’éthique. Les GAP, en effet, visent essentiellement la reconnaissance et l’aide aux personnes concrètes. Cette séquence peut prendre l’aspect d’un tableau idéométrique :

 

Structure complète Sensorimotricité   Reconnaissance
Atome (not. carbone, hydrogène, oxygène, azote…) Liaison intermoléculaire / Reconnaissance et liaison intermoléculaire
<<= <<= <<=
Cellule (not. neurone) Appareil sensorimoteur / Reconnaissance des morphèmes
<<= <<= <<=
Être humain Découverte mathématique et not. application internet / GAP (action pédagogique globale)

 

Tableau : La séquence des types de reconnaissance

De la reconnaissance des molécules dépend tout le métabolisme d’un organisme, c’est une question de développement et de survie. Il n’est pas difficile de voir, en outre, que la reconnaissance des morphèmes, c’est-à-dire des éléments de signification, est nécessaire non seulement à la communication, mais aussi à la pensée. Ces deux formes de la reconnaissance sont nécessaires à la reconnaissance de l’éthique de la personne concrète.