Il semble probable que, dans un proche avenir, on en vienne à étudier de façon prioritaire le développement de l’enfant selon toutes ses facettes. Après la Déclaration des droits de l’enfant (Nations unies, 1959) et le processus de sensibilisation qui l’a suivie, on verra dans ce centre de recherche une tâche pour l’humanité aux points de vue éducatif, éthique, économique, etc. L’idée est ici lancée d’établir un Centre de recherche sur l’enfant et l’humanité où l’on étudiera de façon prioritaire, par correspondance idéométrique, le développement de l’enfant selon toutes ses facettes de façon à mieux comprendre le développement global de l’humanité tel qu’il s’effectue aujourd’hui et tel qu’il pourrait s’effectuer dans l’avenir.

Voici quelques points possibles du programme d’un tel centre :

  • On y étudiera les développements scientifiques par les idéomorphismes, ou analogies exactes, à partir des études sur le développement de l’enfant, et vice versa.
  • On y cherchera les moyens de rendre accessibles à tous les mathématiques, puis la science dans son ensemble.
  • Les potentialités les plus générales de l’humain feront l’objet d’études aussi approfondies que possible auxquelles le modèle de l’enfant servira de point de départ et d’appui.

Voir aussi: Manifeste pour une science sans séparation disciplinaire