Des idées originales pour un monde meilleur :

L’expansion de l’islam dans le monde, pourquoi pas ?

En dépit de toutes les apparences contraires, l’islam est foncièrement respectueux de la personne (voir le tweet (1)) et même, sous certaines conditions, l’expansion de l’islam serait une bonne chose non seulement pour les musulmans mais aussi pour toute l’humanité.

Reconnaissons d’abord les faits. Dans l’histoire ancienne ou récente, les croyances religieuses et, en particulier, la croyance musulmane sont apparues très souvent comme incitant aux pires violences contre les autres et il est triste de constater qu’elles le font encore de nos jours. Néanmoins, il apparaît tout à fait juste de mettre en lumière certaines qualités de l’islam, et tout à fait important de le faire de façon citoyenne, c’est-à-dire de façon respectueuse envers autrui et de façon responsable envers tous.

 

L’originalité de l’engagement social musulman

Entre 622 et 750, l’islam a connu une expansion extraordinaire à partir du nord-ouest de l’Arabie jusqu’à l’Inde, à l’est, et jusqu’à l’Espagne et au Portugal, à l’ouest. Le Coran se trouve à expliquer déjà en quelque sorte ce fait en présentant l’islam comme apportant la justice à tous, mais surtout aux moins bien lotis. En fait, les principes de l’islam se sont avérés très compatibles avec les coutumes des peuples surtout lorsque celles-ci allaient dans le sens de permettre au plus grand nombre d’être bien traités et considérés. Ces coutumes étaient alors appelées « musulmanes » sans trop de contestation. Ainsi l’État, la politique et la religion pouvaient faire bon ménage en étant tous envisagés comme « musulmans ».

 

Analogie avec l’idée d’une démocratie globale

Les déclarations de Tariq Ramadan (en particulier « Manifeste pour un nouveau “Nous” » [1]) annoncent-elles un nouvel œcuménisme regroupant chrétiens et musulmans[2] ? Ou bien, une nouvelle sorte de « catholicisme » au sens originaire du terme (du grec katholikós, signifiant « universel »), qui serait donc un « œcuménisme catholique », dont la vocation serait « globale », c’est-à-dire à la fois religieuse, culturelle et sociopolitique ? Quoi qu’il en soit, il y aurait un rapprochement à faire entre cette idée de Tariq Ramadan et celle sur laquelle sont basées les « Nations unies ». Si tel est le cas, – et pourquoi pas? – ce type de mouvement mondial pourra être considéré comme respectueux des personnes et des groupes lorsqu’il regroupera tous les groupes humains, tous traités également entre eux. Il s’agira alors d’une démocratie globale[3].

 

[1] Voir le site officiel de Tariq Ramadan : http://tariqramadan.com/

[2] Le mouvement dit œcuménique est d’abord représenté par le Conseil œcuménique, chrétien et protestant, de Genève, dont les décisions n’ont « d’autorité que celle que leur confèrent leurs propres vérité et sagesse » (Jean Baubérot, Encyclopaedia Universalis, Œcuménisme » ; en ligne le 23 septembre 2010).

[3] Les Nations unies (de l’ONU) actuelles ne constituent pas encore une telle démocratie, elles en sont seulement un prototype.  Voir le Référendum pour une Société de Toutes les Nations ou Vers le point Oméga.