L’idée de l’Agorathèque a émergé à partir de mes expériences d’enseignant au Cégep de Granby – Haute-Yamaska. Je me sers des forums sur Internet dans un but pédagogique depuis l’an 2000. J’ai pu constater que les discussions et les réflexions des étudiants — et parfois d’autres intervenants — y sont ou y deviennent souvent profondes et fécondes à un point surprenant.   

          Le contenu de l’Agorathèque est constitué d’extraits retouchés et corrigés de forums antérieurement actifs. Il m’apparaît en effet nécessaire de procéder préalablement à des retouches et des corrections en vue d’améliorer la langue des interventions, mais aussi pour éviter les redites tout en raffermissant la rigueur de certains échanges, mais sans en affaiblir la vivacité ni perdre certaines pointes d’humour des intervenants. J’ai d’abord utilisé les meilleures interventions qui ont été faites par mes étudiants depuis le début de mon utilisation des forums de discussion sur Internet qui, dans certains cas, remontent à l’an 2000. Comme ces contenus ont été effacés, j’ai dû procéder à partir de notes ou de mémoire. De plus j’ai ajouté un certain nombre de passages fictifs dont des étudiants ou d’autres personnes auraient pu être les auteurs. Le texte du forum inactif qui est inclus dans l’agorathèque n’est donc pas fidèle à leur expression originale. Par conséquent, j’ai identifié les intervenants au moyen de noms fictifs.        

          L’agorathèque en général ne doit pas être vue comme spécifique à la discipline philosophie, mais plutôt comme un moyen d’enrichir toute discussion rationnelle en général et donc de faciliter le transfert des apprentissages. D’ailleurs l’agorathèque est en principe un outil pédagogique à la disposition de tous.

Voir : Un accent mis sur le respect