Olivier Savaria

L’être humain

340-102-MQ gr : 10

Lettre ouverte aux catholiques

Travail présenté à

M. Yvon Provençal

  Département des sciences humaines

Cégep de Granby – Haute-Yamaska

29 février 2012

 

 

De nos jours, l’importance de la religion diffère grandement d’un pays à un autre. Certaines d’entre elles sont très contrôlantes alors que d’autres sont plus passives. Dans certaines régions, la religion en place est presque aussi importante que le gouvernement, alors la population est très pratiquante et attentive aux ordres de l’Église. Certains croyants ont donc une grande place dans le monde actuel et font des actions très significatives à leur religion. Or, qu’en est-il des catholiques ? Y a-t-il toujours un sens à vouloir faire partie de cette religion? Si oui, quelle est leur place et qu’amènent-ils dans la société actuelle? Il est vrai que cette religion est de moins en moins répandue et qu’elle perd beaucoup d’adeptes, mais de là à dire qu’elle ne sert plus à rien, je reste songeur. Je tenterai de vous expliquer plus en détail ce problème à travers ce texte. Ma démarche comportera d’abord une description de la Lettre ouverte aux catholiques présentée sur l’Agorathèque, puis ma prise de position face à ce dilemme et finalement mes arguments pour appuyer ma position.

  Afin de mieux comprendre le problème, la religion catholique est une religion faisant partie de la chrétienté. Les religions chrétiennes se ressemblent passablement, mais ont toutes quelques différences. Pour ce qui est de catholiques : « la conception catholique de l’Église repose sur le principe de la primauté de l’évêque de Rome, le pape. L’Église catholique reconnaît l’autorité spirituelle et disciplinaire de l’évêque de Rome, censé diriger l’Église au nom du Christ ».1

La Lettre ouverte aux catholiques, telle que présentée dans le site web de l’Agorathèque, présente la situation actuelle de cette religion. Certaines personnes pensent qu’il n’y a plus de sens à être catholiques et qu’on ne doit s’attendre à rien de leur part. Ce texte prouve le contraire en montrant les aspects positifs de cette religion et les changements qu’on pourrait y apporter afin que celle-ci ait plus d’influence. L’Église catholique a proclamé la liberté religieuse, cela veut donc dire que toute personne pratiquant cette religion n’est pas forcée d’agir contre elle-même. Ses règles et sa foi ne sont pas obligatoires, elles sont seulement là à titre d’exemple et de modèle. De cette façon, les gens se sentent plus libres à l’intérieur de la religion et sont plus portés à y adhérer. Contrairement à cela, certaines autres religions ont des règles très strictes et passibles de punitions si elles ne sont pas respectées. Les gens sont donc obligés de respecter les lois de leur religion, mais ne se sentent pas libres à travers celle-ci. Selon la lettre, si toutes les religions adoptent l’ouverture et le respect de l’Église catholique, les différentes religions convergeront vers une pensée commune, ce qui les rapprochera les unes des autres dans le futur. Si une telle convergence d’idées s’effectue, l’Église catholique sera à la base de ce rapprochement et aura donc le rôle de rassembleur des religions. Cela redonnerait encore plus de sens aux membres de la religion catholique qu’ils n’en ont déjà, en plus de poser un geste significatif pour le bien de tous.

Je défends la position selon laquelle je suis « pour » le fait que les catholiques ont toujours une place importante aujourd’hui et qu’il y a un sens à croire en cette religion. Selon moi, même si ce n’est pas la religion la plus active et la plus pratiquée à ce jour, le catholicisme rassemble plusieurs gens de diverses opinions grâce à sa grande ouverture et son respect pour les autres cultures. Cette religion est un exemple pour les autres et pourrait être très influente dans le futur si les autres religions adhèrent à certains principes de bases du catholicisme. Le fait le toutes les religions soient aussi ouvertes que le catholicisme serait bénéfique, puisque les pratiquants seraient plus libres à travers leur religion ainsi que plus ouvert aux différentes cultures, ce qui ne pourrait nuire à personne.

Il est vrai qu’on peut penser que les catholiques n’ont plus de place dans le monde actuel, puisque cette religion est de moins en moins pratiquée et a moins d’influence qu’auparavant. Cependant, je répète que celle-ci est une des religions les plus ouvertes d’esprit et prêtes à faire des compromis. Je crois que tout en restant propres à elles-mêmes, les religions devraient tranquillement se convertir au catholicisme, afin d’être plus acceptées par leurs membres. 

Finalement, je ne pense pas avoir résolu complètement le problème, mais je crois pourtant que cette religion a toujours un rôle à jouer dans la société d’aujourd’hui. Il y a encore un sens à être catholique et un changement peut être fait afin que cette religion devienne un modèle pour toutes les autres. Dans le futur, la religion catholique pourrait réellement devenir un exemple pour les autres en matière d’ouverture et de respect. Je souhaite finalement un plus grand respect entre les différentes religions de ce monde ainsi qu’un avenir prospère pour la religion dont je fais partit, c’est-à-dire la religion catholique.

Bibliographie

 

–          BURNET Régis, « Catholicisme », In Encyclopædia Universalis (En ligne), Paris : Encyclopædia Universalis, 2007, https://acces.cegepgranby.qc.ca/+CSCO+dh756767633A2F2F6A6A6A2E686176697265666E7976662D7271682E70627A++/encyclopedie/catholicisme, Page consultée le 24 février 2012

–          PROVENÇAL Yvon, « Lettre ouverte aux catholiques », Agorathèque, (En ligne), Granby : Agorathèque, 2012, http://agoratheque.yprovencal.profweb.ca/?page_id=2243, Page consultée le 21 février 2012.


1 Régis BURNET, « Catholicisme », In Encyclopædia Universalis (En ligne), Paris : Encyclopædia Universalis, 2007, https://acces.cegepgranby.qc.ca/+CSCO+dh756767633A2F2F6A6A6A2E686176697265666E7976662D7271682E70627A++/encyclopedie/catholicisme, Page consultée le 24 février 2012