alignement d'astres. jpg

Énoncés et explications des principes

du Mémo

[English]

Le Mouvement éthique mondial regroupe tous ceux qui veulent ou désirent œuvrer à changer le monde et qui nourrissent la plus haute idée du respect des personnes dans leur autonomie. Le Mémo se conçoit comme une éthique zéro exclusion mettant à contribution les technologies de l’information et de la communication (TIC) afin de reconnaître et de défendre tous les exclus de la Terre.

D’abord: qu’est-ce que le respect ?

Le respect, par définition, consiste en la reconnaissance selon le cas, d’une personne en tant que telle, d’un groupe religieux en tant que tel ou d’une nation en tant que telle, accompagnée d’une attitude d’aide qui consiste à tenter d’aider, dans la mesure du possible, cette personne ou ces groupes à entreprendre ou à poursuivre leur développement propre de façon autonome. La personne n’est pleinement respectée que si son groupe d’appartenance prioritaire (le groupe auquel elle s’identifie le plus et dont elle veut le plus être membre) est lui-même respecté, que celui-ci soit notamment religieux ou national. Il importe de comprendre que le respect d’une personne ne consiste pas à accepter toutes ses idées ou opinions, mais de l’amener à les modifier si cela est plus conforme au respect des autres. Il en va de même en ce qui concerne les religions ou les nations : certains types de croyances ou de comportements pourraient devoir être corrigés, écartés, abandonnés ou transformés1.

Les principes du Mémo

L’action éthique est définie ici comme une action pour et par le respect. Il y faut travailler à bien comprendre et appliquer quatre grands principes de base :

P1        Le principe de reconnaissance de toute personne en tant que telle

P2        Le principe de reconnaissance du groupe (nation, groupe religieux, etc.) de cette personne, quel que soit ce groupe

P3        Le principe de l’aide qu’on devrait apporter à cette personne afin qu’elle puisse se développer de façon autonome

P4        Le principe de l’aide qu’on devrait apporter au groupe de cette personne afin qu’il puisse se développer de façon autonome

Le principe P1 consiste à reconnaître toute personne comme une personne au plein sens du terme, c’est-à-dire comme une personne égale à toute autre personne. Il consiste, ce faisant, à reconnaître pleinement le groupe d’appartenance prioritaire de toute personne en tant que tel, soit le groupe auquel cette personne veut appartenir plus qu’à tout autre groupe. Il pourra s’agir notamment de sa nation ou de son groupe religieux. En ce sens, le principe P2 découle logiquement du principe P1.

N.B.: Une mise en application du principe P2 a été faite sous la forme d’un référendum mondial en vue de reconnaître toutes les nations et de créer une Société de Toutes les Nations: Référendum mondial pour une STN.

Le principe P3 consiste à aider toute personne à se développer, autant qu’il est possible, en tant que personne autonome ou tendant vers son autonomie. Il consiste aussi à aider le groupe d’appartenance prioritaire de cette personne à se développer, autant qu’il est possible, en tant que groupe autonome ou tendant vers son autonomie2. En ce sens, le principe P4 découle logiquement du principe P3.

Quelques implications des principes du Mémo:

Le caractère universel de ces principes découle de leur formulation :

U1       Il résulte logiquement du principe P1 que toutes les personnes sont égales entre elles, les femmes aussi bien que les hommes, les gais aussi bien que les hétéros, les personnes « délinquantes » aussi bien que les autres personnes, etc., c’est-à-dire qu’elles sont toutes des personnes au plein sens du terme quelles que soient leurs différences.

U2       Il importe de reconnaître, d’après le principe P2, que tous les groupes sont égaux entre eux, aussi petits, faibles ou démunis soient-ils.

U2.1    Toutes les nations sont égales entre elles, aussi petites, faibles ou démunies soient-elles.

U2.2    Tous les groupes religieux sont égaux entre eux, aussi petits, faibles ou démunis soient-ils.

De plus, le caractère actif de ces principes découle des principes de l’éducation au respect :

A1       Tous les humains devraient autant que possible être aidés dans leur développement personnel; en aucun cas un humain ne devrait être, dans son développement personnel, entravé de façon arbitraire ou au nom d’une morale quelconque, que ce soit en tant qu’humain « anormal », « malade » ou « délinquant ».

A2       Tous les groupes humains (i.e. les groupes d’appartenance prioritaire tels que les nations, les groupes religieux, etc.) devraient autant que possible être aidés dans leur développement autonome; en aucun cas le développement autonome d’un groupe ne devrait être entravé de façon arbitraire, que ce soit en tant que groupe jugé « anormal », « arriéré », « délinquant », etc.

A2.1    Il faudrait travailler dans le sens du respect mutuel des nations, ce qui implique qu’elles se reconnaissent mutuellement comme des nations au plein sens du terme et qu’elles cherchent à s’aider  plutôt qu’à se nuire mutuellement.

A2.2    Il faudrait, de même, travailler dans le sens du respect mutuel des groupes religieux, ce qui implique qu’ils se reconnaissent mutuellement comme des groupes religieux au plein sens du terme et qu’ils cherchent à s’aider  plutôt qu’à se nuire mutuellement.

A3       Les humains devraient être aidés activement à cesser de mésestimer, de rabaisser ou de méjuger d’autres humains sans raison suffisante.

A3.1    Nous devrions examiner et évaluer les opinions exprimées par les autres quelles que soient ces opinions, étant entendu que toute critique devrait être faite dans la recherche commune d’un terrain d’entente.

A3.2    En outre, dans le respect des autres en général, nous ne devrions pas chercher à vilipender qui que ce soit ni son groupe quel qu’il soit.

A4       Les PAM (pédagogies agissant sur le monde) sont, tout comme le Mémo, autant de façons inédites d’agir dans le sens du respect universel de toute personne et de son groupe. Une PAM est une forme de pédagogie utilisant l’Internet afin d’instituer une idée, une entité ou un projet par la reconnaissance éthique mutuelle ou, plus largement, par respect mutuel, et qui ce faisant, agit sur le monde. C’est une pédagogie créatrice à l’échelle du monde.

Voici les titres (et les liens) vers certaines des PAM:

Lettre ouverte aux féministes: Venir en aide aux femmes maltraitées du monde entier

Lettre ouverte aux musulmans: L’islam, pourquoi pas?

Référendum mondial pour une Société de Toutes les Nations (STN): Fonder une nouvelle « ONU », où toutes les nations seraient reconnues et traitées également

Lettre ouverte aux souverainistes québécois: Faire de la question du Québec une question d’intérêt planétaire

Lettre ouverte aux femmes et aux hommes politiques: Répondre à l’urgence climatique…

Lettre ouverte aux catholiques: Redonner sens au catholicisme

Manifeste pour un progressisme mondial et à long terme: Pour un progressisme à la fois efficace et respectueux de tous

 

 

Devenez membre du Mouvement éthique mondial:

En tant que membre du Mémo, vous vous engagez au respect des personnes et des groupes tel que défini et expliqué ci-dessus, autant qu’il vous est possible, à faire connaître ce Mouvement et à inciter d’autres personnes à en devenir membres. Pour marquer votre décision de devenir membre, vous n’avez qu’à remplir ce formulaire et confirmer: 

[contact-form 1 « Formulaire de contact 1 »]

 

 

Nota bene: Le responsable du MÉMO est Yvon Provençal (2011). En tant qu’enseignant de philosophie au Québec, j’ai eu la responsabilité de sensibiliser les citoyennes / citoyens aux enjeux essentiels de la société québécoise et des sociétés du monde en général. J’assume maintenant cette responsabilité de façon conforme à l’éthique du respect. 

1 Textes et ouvrages de références : Le respect des personnes et des groupes dans leur autonomie , Éclaircissement sur le respect des groupes , Le Projet Respect et La diabolisation. Une pédagogie de l’éthique, Le respect de la différence.Voir aussi Qu’est-ce qu’une PAM ? , et, en particulier, le Référendum pour une Société de Toutes les Nations, (Referendum for a Society of All Nations),  1

2 Le concept d’autonomie ne va pas de soi. Le sens en est précisé de façon critique dans l’Agorathèque : « Le respect des personnes et des groupes dans leur autonomie ». 2