Le féminisme a-t-il une portée universelle?

[…]

En premier lieu, même si cette lettre nous encourage, nous les femmes, elle nous renvoie la vérité de plein fouet. […] Cette lettre nous renvoie que la violence envers les femmes est toujours présente et peut être même plus, à l’exception qu’elle est plus discrète […]

En deuxième lieu, même si cette lettre comporte plusieurs points négatifs, il y en a d’autres qui sont à ce moment positifs. Par exemple, je suis présentement assise dans une classe en train de profiter de notre système d’éducation. Si j’étais née un siècle plus tôt, je ne serais pas là. Toutes les revendications, toutes ces femmes qui s’assument en tant que féministes, [ont fait que] les femmes prennent petit à petit leur place. […]

Un des avantages pour lesquels je suis « pour » ce texte, c’est parce que c’est un cri de ralliement pour les femmes du monde entier. Elles se rendent compte que même si la violence continue de sévir contre certaines femmes de différentes cultures un jour nous serons tous égaux. […]

En dernier lieu, je trouve particulier que ce type de lettre provienne de la main d’un homme. Cela démontre que la pensée de liberté et d’égalité est plus développée chez certains hommes que d’autres. Contrairement aux féministes de son entourage, il proclame son opinion ouvertement et sans gêne.

Finalement, même si la violence et l’inégalité homme-femme sont encore présentes, les féministes sont de plus en plus puissantes. Il ne s’agit plus seulement du genre féminin qui prend du respect mais bien du genre humain au grand complet.

Daphnée Gingras