Ce manifeste a pour but d’initier les prémices d’une nouvelle conception de la recherche scientifique, appelée recherche adisciplinaire. On y considère que la recherche rigoureuse de connaissance ne peut pas reposer sur une séparation de principe en disciplines spécialisées qui communiquent peu entre elles. L’objet de la recherche est posé comme étant la réalité (naturelle ou humaine) et non plusieurs sortes de réalités, telles que la réalité physique, la réalité biologique, la réalité du psychisme, etc., dont la compréhension ne dépend que d’une discipline. Au moins au premier stade de cette recherche, il faudra en pratique tenir compte obligatoirement des séparations disciplinaires. Cependant, il est supposé qu’il ne peut y avoir de compréhension profonde dans une discipline spécialisée si des rapports profonds ne sont pas établis avec d’autres champs disciplinaires en ce qui concerne les différents objets respectifs d’étude. Aucune discipline ne peut véritablement se suffire à elle-même. Cela suppose un changement important de notre façon de comprendre la recherche elle-même.

Le texte comporte de nombreux et substantiels passages qui utilisent le langage spécialisé de la physique, de la biologie ou des sciences cognitives. Ces passages sont écrits de la façon la plus claire possible mais leur compréhension demeure difficile dans le cas du lecteur qui  n’a aucune connaissance spécialisée dans l’une ou l’autre de ces disciplines. En contrepartie, le spécialiste concerné trouvera fastidieuses ou redondantes certaines explicitations qui sont faites à l’intention du non-spécialiste ou des spécialistes d’autres champs disciplinaires. Il sera aussi tenté de juger insuffisantes les sources utilisées, souvent choisies en vertu de leur caractère vulgarisant. Le fait qu’elles émanent d’autorités scientifiques reconnues devrait cependant compenser en partie cette lacune relative.

Il sera légitime, d’un point de vue adisciplinaire, d’utiliser une source bibliographique destiné au grand public. Ce type de source, en effet, n’est pas seulement destiné au public des non-spécialistes, mais en outre aux spécialistes des autres disciplines de recherche en général. Il faut toutefois prendre garde aux contresens possibles des interprétations auxquelles peuvent donner lieu une lecture inattentive.

Ainsi le spécialiste irrité par l’utilisation d’une source vulgarisante de sa discipline sera sans doute content d’autres sources du même type mais issue d’une autre discipline que la sienne. On pourrait parler, de façon quelque peu malicieuse, d’une « rédaction vulgarisée à l’usage des spécialistes ». Ces passages ont cependant été rédigés — je l’espère — de façon à ce qu’ils soient éclairants et gratifiants pour tout lecteur désireux de mieux comprendre certains des concepts ou des problèmes scientifiques les plus difficiles tels que, par exemple, l’onde de probabilité de la théorie quantique ou le problème des qualia en sciences cognitives. J’espère faire mieux saisir par le lecteur non spécialisé certains des sujets les plus difficiles de ces champs spécialisés grâce à une méthode de présentation utilisant un nouveau modèle mathématique très simple. La partie mathématique de l’ouvrage devrait donc être accessible même aux lecteurs qui sont ordinairement réfractaires à tout ce qui ressemble à une équation. Il n’y aura justement que très peu d’équations !