Au lieu de parler du potentiel humain, en général on utilise des expressions vagues telles que le « pouvoir des mots », le « pouvoir de l’imagination », etc. Mais que sont ces choses sinon des aspects du pouvoir de l’humain? Les mots ne font rien si personne n’existe pour les entendre, les prononcer ou les penser. L’imagination désigne l’un des aspects de l’esprit humain. D’autres aspects sont par exemple ses facultés d’analyser ou d’intégrer, de juger, de comprendre, ou d’argumenter, de problématiser, bref sa raison. Cependant le potentiel humain ne se réduit pas à la raison. Il comporte une inspiration poétique dans le sens le plus large. 

            Il importe d’insister sur un point. Le potentiel humain ne se présente pas comme une sorte de programme préconçu que l’individu suit de façon déterminée. Si l’individu trouve ou invente quelque chose, et si ces mots ont du sens, il le fait réellement. Développer son potentiel humain réel signifie trouver ou inventer réellement des choses. On suppose qu’il y a là une capacité réelle et non une simple apparence illusoire de faire quelque chose. On objecterait peut-être que l’idée même d’un tel potentiel est illusoire. Peut-être, mais nous supposerons néanmoins que quelque chose comme une réalisation du possible se présente réellement, même si nous ne sommes pas en mesure de comprendre exactement ce que c’est. Par exemple, lorsqu’un individu comme Sigmund Freud a conçu sa théorie psychanalytique, peut-être n’a-t-il pas bien compris ce qui rendait possible ce qu’il effectuait; il n’en a pas moins fait quelque chose. Nous disons qu’il s’est trouvé à développer un potentiel humain qui était en lui et qui a donné de formidables résultats dont, sans doute, personne n’a encore pris toute la mesure. 

            Lorsqu’un être humain développe son potentiel, cela se passe souvent comme s’il tentait de réaliser un projet personnel. Le résultat peut évidemment être très différent de ce qu’il attendait au départ. Il peut aussi bien lui apparaître comme décevant que dépassant au contraire tous ses espoirs et, même, dépassant tout ce qu’il croyait jusque-là possible non seulement de sa part, mais de la part de quiconque. L’individu qui développe son potentiel n’a pas à dresser un plan prévoyant chaque étape. Il peut le faire, bien sûr, et ce sera de bonne méthode, mais si toutefois il s’obstine indûment à planifier et à contraindre son inventivité, il tombera court. Il lui apparaîtra préférable de s’efforcer à exercer sa curiosité de ce qu’il peut faire, de faire l’effort patient de penser et de chercher à comprendre de façon à continuer d’avancer. Ainsi le potentiel humain, en son sens fort, ressemble à un appel intérieur, la demande d’une réponse qui excède tout ce qui a été pensée ou fait jusque-là. On parle parfois d’un « combat » intime. Il s’agit surtout d’une tension intérieure entre différentes composantes de son soi, d’une mise en rapport féconde.

Suite