La Grande Convergence, c’est d’abord la convergence des groupes dans leur façon de comprendre le respect et de le mettre en pratique. Ils partent de loin. Car, dans l’histoire jusqu’à nos jours inclusivement, on ne voit pas clairement un seul cas de véritable respect d’un groupe envers les autres, qu’il s’agisse d’un groupe national ou d’un groupe religieux. C’est ce qui a été appelé « la situation générale d’irrespect1 ». Dans cette lettre ouverte (Lettre ouverte aux catholiques), donc, la convergence est d’abord celle de tous les groupes religieux vers un point de plein respect mutuel. Pour ce faire, ils n’auront pas à renoncer à leur autonomie. Cependant ils devront devenir progressivement  capables de se reconnaître mutuellement (y compris les petits groupes peu ou pas connus) et ils devront devenir capables de s’entraider, par exemple par la critique constructive et par la patience de longue haleine.

Convergence improbable?

Chercher ensemble même si c’est difficile…!

La Grande Convergence est en outre celle des groupes nationaux, chez qui le respect mutuel a été également très rare. Actuellement des milliers de nations (groupes d’appartenance prioritaires) ne sont pas reconnues comme des États-nations par ceux qui dominent, qui coïncident en gros avec les nations représentées à l’ONU. Cf. Le Référendum mondial pour une Société de Toutes les Nations (STN).

La Grande Convergence possède un important volet épistémologique. En effet, le savoir actuel est morcelé en plusieurs disciplines de spécialisation qui communiquent mal entre elles. Par exemple, un physicien n’a pas besoin de connaître d’autres disciplines telles que la biologie, la sociologie ou l’épistémologie (ou la philosophie des sciences) pour être réputé « scientifique » au plein sens du terme ; il l’est du seul fait d’être « expert » dans sa discipline. Toutes les disciplines de recherche sont dans une situation analogue. Du point de vue de la compréhension du monde réel, cette situation est aberrante. Une convergence des disciplines de recherche vers un même but de connaissance et de compréhension du réel serait donc nécessaire. Cf. Manifeste pour une science sans séparation disciplinaire.

1 Cf. Le Projet Respect et Le Phénomène de la mondialisation, chapitre 1. Identifier le groupe religieux à un groupe national n’est pas aberrant compte tenu que le mot « religion » n’a peut-être une histoire qu’en Occident. 1