Comme on fait ci-dessus la distinction entre ce qui peut être validé à court ou à long terme, il faudra considérer un temps court et un temps long de la recherche à venir. Le temps court sera défini, en première analyse, comme celui qui est requis pour produire une expérimentation avec des moyens qui existent déjà ou qui sont sur le point d’exister. Cela peut représenter quelques années ou quelques décennies. On distinguera parfois, par commodité, un temps court, de quelques années, et un temps moyen, d’une ou plusieurs décennies. On conviendra ici que le temps long représente le délai pour innover ou pour produire de tout nouveaux instruments ou méthodes, de tout nouveaux outils expérimentaux ou théoriques, lorsque leur degré de nouveauté ou d’originalité est tel qu’on n’est pas en mesure d’en prévoir encore l’utilisation et, dans certains cas, la possibilité même de leur utilisation. Cela peut représenter une période de temps relativement longue, allant jusqu’à un siècle ou plus. Cette distinction entre temps court et temps long est posée ici de façon intuitive et peu formelle. On précisera cette distinction et son utilité apparaîtra progressivement dans ce qui suit. 

     On conviendra qu’un moment de la recherche historique équivaut à une époque qui peut elle-même être définie comme une période de temps moyenne ou longue.

Suite