Qu’est-ce que la situation générale d’irrespect? 

      Toutes les nations, tous les groupes religieux connus, bref, tous les groupes connus tendent à adopter des attitudes égotistes envers les autres groupes. Il semble même qu’aucun des États-nations existants ne se soit établi de façon légitime, au sens éthique de ce terme. Des étudiants avancent dans leur compréhension de cet état du monde.

L’éthocentrisme

      Le concept d’éthocentrisme, qu’il ne faut pas confondre avec celui d’ethnocentrisme, est important pour comprendre la situation générale d’irrespect; il fait ici l’objet d’une clarification par une étudiante. 

L’indépendance du Québec

       Un étudiant souverainiste parvient à convaincre un autre étudiant qui était d’abord fédéraliste, mais en aboutissant à un résultat inattendu. 

Critique de la condamnation morale

      La critique de l’irrespect entre les groupes conduit à celle de la condamnation morale en général. Une étudiante élabore ici une forte critique en ce sens.

Jeunes et moins jeunes contrevenants

      Un étudiant se porte ici à la défense des jeunes et même des moins jeunes contrevenants. La société les traiterait tous de façon peu respectueuse.

 La diabolisation des nazis

      La diabolisation est une forme d’irrespect envers l’humain. Un étudiant tente de montrer la validité d’un tel énoncé général mais dans le cas des nazis en particulier. Cet étudiant a été averti qu’il s’agissait d’un cas des plus difficiles.

La voix d’un dissident 

      L’une des formes les plus violentes de l’irrespect est celle qu’on a manifestée envers les dissidents. Un étudiant tente ici tout de même de faire valoir son droit éthique à la dissidence.

Le respect des groupes marginaux

      Deux étudiants ont entrepris avec courage de décrire l’irrespect dont font l’objet certains groupes marginaux de la part de la société dominante, qui est ici la société québécoise ; ils envisagent en particulier le cas de certains groupes de motards criminalisés. 

Le respect des personnes et des groupes (1)

      Plusieurs étudiants s’efforcent d’élucider le concept de respect des personnes et des groupes ; l’échange de propos concerne d’abord le respect des groupes ou des cultures et, en particulier, de la culture québécoise, pour déboucher sur un questionnement quant à l’avenir de français au Québec et dans le monde. 

Le respect des personnes et des groupes (2)

      Les étudiants poursuivent leur discussion sur le respect des personnes et des groupes ; l’échange de propos concerne plus particulièrement le respect des groupes ou des cultures et, en particulier, des groupes criminalisés. Ils constatent que l’idée même de respect des groupes pose des problèmes très difficiles qu’ils arrivent néanmoins à surmonter en partie. 

Le respect des personnes et des groupes (3)

      Toujours en poursuivant leur discussion sur le respect des personnes et des groupes, les étudiants s’attaquent à la question : Faut-il censurer les propos dits haineux ?