La critique moderne tend à déprécier la place de l’humain dans la nature. L’espèce humaine est en effet insignifiante au regard de l’immensité du potentiel réel de la nature. L’humain représente néanmoins une réalité qui en un sens précis n’est pas négligeable, au contraire. C’est ce qu’une critique renouvelée, recentrée, permettra d’apprécier. Il semble probable, toutefois, que ce n’est qu’à long terme dans le futur que cette réalité capitale de l’humain pourra se manifester.

Suite